Sélectionner une page

Les adeptes du mouvement vegan refusent toute consommation de produit d’origine animale. Cela s’applique d’abord à l’alimentation où tous les produits laitiers ainsi que les oeufs ou le miel sont prohibés. De même, dans l’habillement, toute sorte de laine, la soie et le cachemire sont également interdits. Et bien évidemment, aucune chaussure en cuir ne saurait être admise par les vegans.

Qu’est-ce que le mouvement Végan

Ces dernières années, le mouvement vegan a pris beaucoup d’ampleur. On a vu de nombreuses manifestations plaider la cause animale ainsi que des actions parfois même assez violentes contre des éleveurs ou de producteurs et vendeurs de fourrures.

Si fondamentalement personne ne souhaite faire souffrir les animaux, la logique marchande de notre monde place hélas le profit comme première priorité et il reste beaucoup à faire dans ce domaine pour améliorer la condition de vie des animaux que nous élevons et dont nous mangeons la viande.

Adhérer au mouvement vegan

Adhérer au mouvement vegan demande en premier lieu d’être attentif à notre alimentation pour ne pas risquer de carence. Un autre problème se pose ensuite, c’est comment s’habiller pour respecter ses convictions. Pas de bon pull en laine pour l’hiver ni de chaussures en cuir pourtant si confortables. Et si en plus, on souhaite suivre les tendances de la mode, cela devient alors très compliqué. Certaines marques de chaussures ou de maroquinerie s’adressent aux vegans mais utilisent souvent du simili-cuir qui est vegan certes, mais qui contient des fibres synthétiques (PVC ou PU), n’est pas recyclable et est très nocif pour l’environnement.

alternatives vegan

Que faut-il alors choisir quand on est vegan?

Doit-on sacrifier la protection de l’environnement pour respecter les préceptes du véganisme? Et bien pas du tout, il existe maintenant plusieurs matériaux issus de fibres naturelles qui n’utilisent pas de dérivés du pétrole et sont complètement recyclables. De nombreux designers soucieux des problèmes écologiques de notre planète s’en sont emparés et aujourd’hui la mode éthique n’est heureusement plus synonyme de gros pulls informes en laine non dégraissée.

Les alternatives au cuir

Dans la liste de ces nouvelles alternatives au cuir, on peut trouver le Piñatex, un matériau textile réalisé avec les feuilles de l’ananas qui seraient autrement jetées. Il possède une très bonne résistance, est imperméable et vieillira comme du cuir. Fréquemment utilisé dans la mode il est principalement utilisé dans la maroquinerie et l’habillement. Il existe aussi un cuir de pommes, un cuir à base des déchets de raisin de la production vinicole, un cuir de cactus et même un cuir à base de champignon. On rencontre ces matériaux dans la maroquinerie, les chaussures et parfois aussi l’ameublement. Et de nouvelles matières sont encore à l’étude et apparaîtront dans un avenir proche.

Il existe aussi un cuir recyclé réalisé avec des chutes de cuir. Si la démarche est intéressante, elle nécessite néanmoins des liants et des polymères synthétiques pour reconstituer le cuir et nous voilà confrontés au même problème, être obligés à choisir entre véganisme et écologie. De plus, le cuir recyclé reste par définition d’origine animale et ne saurait donc d’aucune façon convenir aux vegans.

Quelle est la meilleure alternative au cuir ?

La meilleure alternative au cuir à ce jour est celle que nous avons choisie pour le Cage Bag, c’est le liège. Il ne cherche pas à ressembler à du cuir mais a les mêmes propriétés que du cuir. Totalement naturel, il ne nécessite pas de transformation comme les alternatives au cuir citées plus haut. Il est très solide, imperméable, possède une certaine élasticité et se patine avec le temps comme le cuir. Complètement vegan, le liège est particulièrement intéressant du point de vue écologique car il est aussi biodégradable et recyclable. De plus, après la récolte du liège, les chênes-lièges absorbent 30% de plus de CO2 que d’autres arbres. Ainsi, au Portugal, qui est le principal producteur de liège dans le monde, le carbone absorbé par les forêts de chênes-lièges représente 5% des émissions de CO2 du pays. (Voir aussi notre article sur le liège).